sábado, 16 de maio de 2015

MAIN COUPÉE

Scribe Valdemir Mota de Menezes


La main coupée

Octobre 2006, 18h45, c’est la fin d’une journée opératoire, je suis dans les vestiaires du bloc opératoire de l’hôpital Saint-Antoine pour retirer mon costume de scène et revêtir mes habits civils, quand le SAMU 75 dépose aux portes du bloc opératoire un patient et un sac Haagen Dazs… « homme, 45 ans,  de , tenez, la  est là-dedans… ».
Un sac Haagen-Dazs bien classique, et pourtant...
Un sac Haagen-Dazs bien classique, et pourtant...
Voici comment une soirée tranquille bascule.

Accompagné d’une collègue et amie, le Dr Catherine Hemon, je me précipite sur le sac. Une , en bon état, une section assez nette, juste au dessus du . Un  survenu il y a moins d’une heure. « Magnifique », la est réimplantable ! L’état d’excitation commence à devenir contagieux.
Main tranchée par une tronconneuse
 tranchée par une tronconneuse
Le patient est immédiatement pris en charge par les anesthésistes. Antalgiques morphiniques, anesthésie du bras.
Pendant ce temps, je revêts de nouveau mon costume de scène, je discute avec mon amie des différents temps opératoires comme un chef d’orchestre rejoue dans sa tête sa partition.
Il faut aller vite, plus le temps passe plus la  qui n’est pas vascularisée (sans irrigation de sang) perd ses chances de retrouver son corps. On décide de faire une double équipe; Catherine s’occupera de l’avant bras et moi de la . Je commence par bien nettoyer la  puis je recherche un par un les 25 tendons, 3 nerfs, 2 artères et quelques veines. Il faut aller vite. Scie, marteau, ciseaux, scalpels … en 1h30 les os et tous les tendons sont réparés. Il reste maintenant à lui redonner la vie.
Radiographie de la main coupée
Radiographie de la  coupée
2 heures plus tard les artères et les veines sont réparées, la  se recolore en rose, alléluia elle est vivante et bien vivante !
La tension redescend, il ne reste plus qu’à suturer les nerfs et refermer la peau. Une heure plus tard, ça y est, l’intervention est terminée.
Quatre heures trente après le début, l’état d’excitation est intact mais le stress est parti. On est dans un état d’euphorie indescriptible. Nous avons peut-être sauvé plus que la  d’un homme… vraisemblablement sa vie. La preuve en images…

Source:   http://www.chirurgiemain.fr/2009/03/la-main-coupee/

Nenhum comentário: